Skip to main content
Togo’s Fake News Ecosystem: An Overview

Les fausses nouvelles sont un phénomène qui n’épargne pas le Togo à l’instar d’autres pays du monde. Il importe donc d’essayer de comprendre les mécanismes qui gouvernent leur rapide diffusion pour trouver les voies de mitigation. L’écosystème de l’information au Togo est composé de deux branches : les médias traditionnels (la presse écrite, la radio, et la télévision traditionnelle) et les nouveaux médias (WhatsApp, Facebook, Twitter, YouTube et la presse en ligne, la web radio et la web télé). Les médias légalement constitués et installés au Togo ont une faible propension à publier des fausses nouvelles bien que quelques uns y participent, souvent inconsciemment. Les médias traditionnels, notamment la radio et la télévision, représentent les canaux les plus crédibles pour infirmer ou confirmer une information qui pourrait sembler suspecte. Cependant, la presse en ligne est le maillon faible en ce qui concerne la diffusion des fausses nouvelles et les réseaux sociaux l’amplificateur ou le principal vecteur de diffusion. Les principaux acteurs qui jouent un rôle dans la création et la propagation des fausses nouvelles au Togo sont les influenceurs, les acteurs politiques et dans une certaine mesure les professionnels de l’information même. Covid-19 et la politique sont les deux domaines où les fausses nouvelles ont réellement été prépondérant ces dernières années. Le Togo n’a ainsi pas échappé à l’avalanche globale de fausses nouvelles qu’a générée la pandémie. Certaines ont été importées, mais d’autres sont également nées sur place. Nous avons l’exemple
de l’annonce de la fermeture de l’aéroport de Lomé en raison d’un cas présumé de Covid-19, alors qu’en vérité aucun cas n’avait encore été détecté au Togo. La vie politique en général et l’élection présidentielle de 2020 en particulier ont par ailleurs été un terreau fertile pour les fausses nouvelles. L’affaire « des cuillères dorées » dans laquelle le journal « L’Indépendant Express » faisait cas de deux ministres ayant été interpellées pour vol de cuillères dorées à la sortie d’un banquet organisé par une institution bancaire internationale. D’autre part, durant la campagne électorale l’humoriste « Gogoligo » avait publié ne photo du candidat Faure Gnassingbé faisant une accolade à une personne qu’il a présentée comme la mère de l’opposant politique Tikpi Atchadam. Ces deux affaires se sont révélées fausses.