Skip to main content

Depuis quelques mois, un nombre croissant d’organisations de la société civile et de classes
politiques et intellectuelles africaines manifestent fréquemment leur désapprobation des
politiques de la France dans ses anciennes colonies, singulièrement le Mali qui, depuis une
décennie, est en proie à une menace terroriste et irrédentiste existentielle.
Cet article présente un examen de la toile de fond, des circonstances, causes, dynamiques, et
enjeux de l’acrimonieuse épreuve de force qui oppose le Mali et la France depuis Mai de l’an
dernier lorsque leurs relations se dégradèrent brusquement. Il est suggéré que, tout compte fait,
les promoteurs de la « démocratie et du développement » en Afrique se doivent d’accorder le
bénéfice du doute aux dirigeant de la Transition dont la décision de secouer le statu quo des
relations sécuritaires avec la France semblent avoir secoué dans ses fondations, et est susceptible
de saborder, la Françafrique. Cependant, cette solidarité doit s’accompagner d’une vigilance
méticuleuse afin que la Transition aboutisse à un État sécurisé, stable et véritablement en voie de
démocratisations.

Leave a Reply